Hanoi (VNA) - Cinq œuvres d’art vietnamiennes ont été vendues à des prix élevés lors de la première vente aux enchères d'œuvres d'art du Vietnam, organisée le 28 mai dernier à Hanoi. Un motif de fierté pour les artistes comme pour l’ensemble de la population.

Une jarre de l’artisan Pham Anh Dao aux enchères. Photo: TTVH
L’art pour l’art. Il en va de la première vente aux enchères d'art au Vietnam, et non à des fins de bienfaisance. Cette vente a été organisée par la société d’enchères Lac Viêt.

Une paire de jarres décoratives, un autel et trois tableaux de peintres vietnamiens ont été mis aux enchères le 28 mai à Hanoi, avec la participation de 12 collectifs et individus, du pays et de l’étranger, dont certains venus de France et de Chine.

Les trois tableaux étaient Hanh phuc (Bonheur) de Hoàng Phuong Vy, Tiên nu vùng cao (Les Fées de la montagne) de Quach Dông Phuong, et Bên dong sông do (Au bord de la rivière rouge) de Dào Hai Phong. Le premier a été vendu 65 millions de dôngs (prix de départ : 50 millions), le deuxième, 95 millions de dôngs (50 millions), et le dernier, 150 millions de dôngs (120 millions).

Le peintre Lê Thiêt Cuong a présenté un autel du XIXe siècle. Prix de départ : 60 millions de dôngs. Il a été adjugé 143 millions de dôngs.

Tiên nu vùng cao (Les Fées de la montagne) de Quach Dông Phuong. Photo: TTVH
L'artisan Pham Anh Dao, du village de poterie de Bat Trang, en banlieue de Hanoi, a proposé à la vente une impressionnante paire de jarres  décoratives dénommée «tu linh» (Quatre animaux sacrés). Prix de départ : entre 900 millions et un milliard de dôngs. Les jarres ont atteint le prix record de 6,5 milliards de dôngs.

Elles ont été produites en 2010 à l’occasion  des 1.000 ans de Thang Long-Hanoi. Fabriquées entièrement à la main, chacune pèse 500 kg pour un diamètre de 1,3 m, et 2,7 m de haut. Elles possèdent un émail fissuré- imitation des céramiques anciennes. L’artisan Dao a consacré plus d'un an à ces jarres; et la cuisson a duré 70 heures!

Vers un marché de l’art professionnel

«La vente aux enchères d’œuvres d’art de haute qualité vise à honorer la créativité des auteurs ainsi qu’à établir un marché de l’art professionnel», selon Dô Thi Hông Hanh, directrice de la société Lac Viêt.

La vente aux enchères s’est faite en conformité avec les dispositions légales en vigueur. L'auteur ou le propriétaire des œuvres recevront 100% du prix de départ. Le montant supplémentaire issu de la vente sera divisé selon le contrat convenu entre les organisateurs des enchères et les propriétaires.

Bên dong sông do (Au bord de la rivière rouge) de Dào Hai Phong. Photo: TTVH
«Maintenant, la plupart des artistes vendent leurs œuvres dans des galeries. Les ventes aux enchères dans un but caritatif ne reflètent pas leur valeur réelle, ajoute-t-elle. Nous garantissons la qualité des œuvres d'art, leur origine et leur authenticité. Les ventes aux enchères professionnelles empêchent également les pertes de recettes fiscales par le gouvernement».

Selon le critique d'art Phan Câm Thuong, la vente aux enchères aidera à établir un marché de l'art transparent. «Vous voulez acheter une œuvre à sa juste valeur et non parce que vous voulez faire œuvre de bienfaisance. La vente aux enchères  professionnelle protège également la valeur des œuvres d'art vietnamiennes sur le marché international».

Selon le peintre Vi Kiên Thành, directeur du Département des beaux-arts, de la photographie et des expositions du Vietnam, relevant du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, «l’état soutient toujours les ventes aux enchères d’œuvres de haute qualité. Ce sont des facteurs positifs pour promouvoir et développer  le marché de l’art dans le pays». - CVN/VNA