Hanoi (VNA) – Né en 2017, le groupe Nguyên Phong Doan Linh rassemble des amoureux des anciens vêtements qui ont pour ambition de les reconstituer avec des textiles de notre époque. Avec le désir de raconter l’histoire sous un angle original.

La tunique «Doàn Loan Nhât Binh» de la princesse My Luong, fille de l’Empereur Duc Duc de la dynastie des Nguyên, a été reconstituée par le groupe Nguyên Phong Doan Linh. Photo : NPDL/CVN
À Hô Chi Minh-Ville,  cinq jeunes, Trân Quang Minh Tân, Pham Lê Minh Tuân, Diêp Lê Tuân, Mai Anh Trung et Lê Thùy Duong, ont créé en janvier 2017 le groupe Nguyên Phong Doan Linh («Reconstituer les anciennes valeurs vestimentaires du pays», en français). Avec comme premier travail la reconstitution de la fameuse tunique «Doàn Loan Nhât Binh» de la princesse My Luong, fille de l’empereur Duc Duc de la dynastie des Nguyên.

Le recours aux textiles et méthodes d’autrefois s’avérant beaucoup trop coûteux, le groupe a décidé de confectionner cette tunique avec des méthodes industrielles, et en remplaçant l’or par le bronze. Pour le textile, il a importé de la République de Corée du satin et de la soie. «Il est quasi-impossible de reconstituer les matériaux originaux. On a dû alors se rabattre sur des textiles modernes comme le Lanh My A», partage Minh Tuân.

«Nous avons aussi demandé à des amis vivant en France de rechercher des archives et des images sur les anciens vêtements vietnamiens. Ici, au Vietnam, on n’a pas assez de documents car beaucoup ont disparu pendant les guerres», explique-t-il.

Le rêve d’un défilé de vêtements traditionnels

Un autre projet du groupe Nguyên Phong Doan Linh est de reconstituer le style vestimentaire des femmes vietnamiennes du Sud dans les années 1920. Photo : NPDL/CVN

Après la tunique "Nhât Binh", Nguyên Phong Doan Linh souhaite reconstituer d’autres fameux vêtements traditionnels du Vietnam comme "Giao Linh", "Duyên Linh", "Truc Linh", etc.  Le groupe souhaite organiser un défilé à Hô Chi Minh-Ville fin 2017 pour présenter les résultats de son travail. «Les jeunes vietnamiens s’intéressent guère à l’histoire. Grâce à ces vêtements, nous voulons raconter l’histoire de notre pays sous un angle original, plus intéressant», explique Minh Tuân.

Nguyên Phong Doan Linh n’est pas le pionnier en la matière, ni même le leader. Dai Viêt Cô Phong, né en 2014, a lancé la tendance en remettant au goût du jour de  nombreuses valeurs traditionnelles: style vestimentaire mais aussi architecture et même gestes de la vie quotidienne.

Il y a aussi le groupe Hoa van Dai Viêt, spécialisé dans les décorations et illustrations traditionnelles en vue d’une application dans l’industrie, le cinéma ou la mode. Sans oublier le groupe Dinh làng Viêt, qui s’intéresse aux valeurs architecturale et culturelle des dinh (maison communale), dên (temple), chùa (pagode), etc. – CVN/VNA