Tandis que les exportations du riz deviennent de plus en plus difficiles, les nouilles, vermicelles ou autres produits à base de riz sont mieux appréciés sur les marchés japonais, américain, français... Les entreprises vietnamiennes de ce segment ont en effet reçu de nombreuses commandes ces derniers temps.

«En 2014, nous avons eu un profit avant imposition de plus de 50 milliards de dôngs», indique Pham Thanh Bình, directeur général de la Compagnie par actions de produits alimentaires Bích Chi, dans la ville de Sa Déc, province de Dông Tháp (delta du Mékong). «On a rendu publiques les informations sur les résultats de la société et les distributions de dividendes. Les dividendes que nous avons distribués en 2014, c’est grâce notamment à l’exportation de nos produits transformés à base de riz», explique-t-il.

Aujourd'hui, la compagnie Bích Chi possède une gamme de plus de 160 articles tels que nouilles, vermicelles, galettes de riz (bánh tráng), ou encore poudres nutritionnelles. En 2014, elle a fabriqué plus de 20.000 tonnes de produits dont les deux tiers ont été exportés, et le reste commercialisé par les réseaux de grande distribution du pays.

Ses produits sont exportés en Europe, aux États-Unis, au Japon, en République de Corée et en ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est). «Bien que nous exportions au Japon depuis 12 ans déjà, à chaque fois que je vais dans ce pays, je suis très content de voir les nouilles de riz (bánh phở) Bích Chi dans les restaurants. Le "phở" attire toujours les Japonais. De même, à Paris (France), il y a plus de 120 restaurants de phở vietnamien, et ils aiment bien importer des nouilles et vermicelles du Vietnam», explique M. Binh.

En mars dernier, deux spécialistes japonais sont venus au Vietnam pour inspecter et contrôler la Compagnie d'import-export Sa Giang, dans la même ville de Sa Déc (province de Dông Tháp), dans la fabrication de nouilles et de vermicelles, avant de signer un contrat d’importation pour le réseau de supermarchés AEON au Japon et dans le monde.

«Nos processus de production ont été appréciés de ces deux spécialistes japonais, déclare Mât Bích Khuây, directrice générale adjointe de la compagnie Sa Giang. Nous nous inquiétons des besoins des supermarchés AEON car le réseau est très grand. On nous demande de faire des petits paquets, de l’ordre de 10 à 50 grammes, pour pouvoir les utiliser en cuisine japonaise, mais le prix à l’export est de très bon rapport».

Un prix à l’export jusqu’à 4 fois de celui du riz

D'après Pham Thanh Bình (de la compagnie Bích Chi), le prix des produits à base de riz est du quadruple de celui du riz. Pour un riz ordinaire à environ 10.000 dôngs le kilo, les nouilles sont à 44.000 dôngs/kg. C’est donc très rentable. Et le point positif, c’est que ces produits appréciés sur des marchés exigeants laissent envisager la création de nouveaux produits à base de riz, ou de nouvelles gammes, qui seront facilement exportables puisque son entreprise est connue... -CVN/VNA