Hai Phong (VNA) - La Compagnie par actions de la zone industrielle de Dinh Vu a fêté le 5 avril à Hai Phong (ville portuaire du Nord), les 20 ans de la création de la zone industrielle éponyme. C’était l’un des premiers projets d’investissement direct étranger dans la construction d’infrastructures dans cette ville. Et la Belgique y a joué un rôle essentiel.


La Compagnie par actions de la zone industrielle de Dinh Vu reçoit l’Ordre du Travail de première classe, le 5 avril à Hai Phong.

«La ville de Hai Phong dispose de conditions propices pour attirer les investisseurs étrangers au service du développement de l’économie, notamment dans l’industrie. L’année dernière, cette agglomération de première catégorie figurait parmi les dix premières localités les plus attrayantes du pays en termes de capitaux étrangers. Car elle dispose de cinq types d’infrastructures de communication : routière, ferroviaire, maritime, aérienne et fluviale», a fait savoir Dô Trung Thoai, chef du Comité de gestion de la zone économique de Hai Phong.

Hai Phong est le port le plus au Nord du pays. La ville dispose d’un réseau de ports fluviaux et maritimes, notamment le port en eau profonde Lach Huyên qui couvre 1.200 ha et est capable de traiter 80-100 millions de tonnes de marchandises par an. L’autoroute Hanoï - Hai Phong - la plus moderne du pays - s’étire sur 100 km avec six voies permettant aux véhicules de circuler à une vitesse maximale autorisée de 120 km/h. Une autre reliant Hai Phong à Quang Ninh sur 25 km est en cours de construction, avec une vitesse maximale de 100km/h. Elle sera inaugurée courant troisième trimestre de cette année. Concernant l’aéroport international de Cat Bi, il accueille 4-5 millions de passagers par an.

Ce responsable a aussi souligné que Hai Phong réunissait près de 490 projets d’investissement direct étranger (IDE) avec plus de 14 milliards de dollars inscrits.

La tête de proue des relations Vietnam-Belgique

Le projet de la zone industrielle Dinh Vu (Deep C) est le résultat de la coopération entre le Comité populaire de la ville de Hai Phong, l’investisseur belge Ren-A-Port, le gouvernement belge via la société belge d’investissement international (SBI) et le groupe américain de l’assurance AIG, depuis 1997. C’est un des premiers projets d’investissement direct étranger dans la construction d’infrastructures dans cette ville.

«La Belgique et le Vietnam entretiennent une bonne relation. Un des bons exemples est la compagnie par actions de la zone industrielle de Dinh Vu (DVIZ)», a confirmé Nguyên Van Tùng, président du Comité populaire de la ville de Hai Phong. Et d’ajouter : «Hai Phong a permis l’activité de nombreuses compagnies dans la construction d’infrastructures. DVIZ a obtenu le plus grand succès en la matière. Sur les 500 ha placés sous sa gestion, elle a attiré 70 entreprises avec plus de 3 milliards de dollars investis. Plus de 10.000 emplois directs et environ 50.000 emplois indirects ont été créés par DVIZ dans le secteur des services industriels, contribuant activement à l’industrialisation rapide du pays».

Lê Văn Thành, président du Conseil populaire municipal et secrétaire de l’organisation du Parti de la ville de Hai Phong, a félicité les apports non négligeables de DVIZ dans le développement socio-économique de la ville et ses activités de promotion du commerce ces 20 dernières années. Pour la remercier de ses efforts et de ses contributions, elle s’est vu décerner, le 5 avril, l’Ordre du Travail de première classe.

Cap sur les projets de développement durable

Dans le cadre de cet événement, le Comité populaire de la ville de Hai Phong, le groupe Rent-A-Port et les partenaires belges ont signé un mémorandum portant sur la coopération dans les études de projets liés au développement durable dans la ville.

Signature du mémorandum entre le Comité populaire de Hai Phong, le groupe Rent-A-Port et les partenaires belges portant sur la coopération dans les études de projets liés au développement durable dans la ville.

Les parties collaboreront dans la construction d’une zone industrielle exemplaire en termes de respect de l’environnement, avec l’établissement d’entreprises productrices d’énergie éolienne, solaire et d’énergie produite à partir des déchets, ainsi que dans l’approvisionnement en eau potable. Dans un premier temps, les études concerneront la production d’électricité à partir des déchets stockés dans les décharges de Dinh Vu et de Tràng Cat, la désalinisation de l’eau de mer pour en faire de l’eau potable et le développement d’un réseau d’éoliennes sur l’île de Cat Hai.

«Ren-A-Port possède une riche expérience dans l’exploitation de l’énergie éolienne au large de la Belgique pour fournir de l’électricité en Europe. Le groupe est en train d’étudier le marché des énergies renouvelables au Vietnam», d’après Rudolf Huygelen, chef de cabinet du vice-Premier ministre belge Didier Reynders. Ces activités dans ce nouveau domaine permettront de porter à une nouvelle hauteur les relations de partenariat entre le Vietnam et la Belgique.

Un autre mémorandum a été signé entre Daiwa House Vietnam et la zone industrielle Dinh Vu dans la coopération pour trouver des investisseurs potentiels pour cette zone industrielle. Daiwa House est la plus grande entreprise japonaise dans le domaine de l’immobilier et de la construction. Sa filiale, Daiwa House Vietnam, opère dans le pays depuis 2012. Cette coopération promet une plus grande présence et la participation des investisseurs japonais dans le développement stratégique de la ville portuaire du Nord. -CVN/VNA