lundi 21 août 2017 - 15:34:08

Aucun pays ne peut être étranger à la stabilité régionale, selon Tokyo

Imprimer

Singapour  (VNA) - Le Japon est profondément préoccupé par les tentatives unilatérales de la Chine pour changer le statu quo dans la Mer Orientale, a déclaré samedi le ministre japonais de la Défense Gen Nakatani, indiquant qu’aucun pays ne peut être un "outsider" en ce qui concerne la stabilité régionale.

Le ministre japonais de la Défense Gen Nakatani s’adresse au Dialogue Shangri-La, le 4 juin à Singapour. Photo : Reuters

Dans son discours lors du forum annuel connu sous l’appellation "Dialogue Shangri-La, à Singapour, Nakatani a dit qu'il était "profondément préoccupé" par les travaux de remblaiement massifs et rapides, ainsi que la construction d’avant-postes utilisés à des fins militaires dans certaines régions de cette mer.

"Ces tentatives unilatérales de modifier le statu quo et consolider ces changements comme des faits accomplis dévient considérablement de l’ordre maritime sur la base des principes de la communauté internationale", a-t-il dit.

Le ministre japonais de la Défense a dit que ces actions représentent un "défi" pour l’ordre mondial actuel fondé sur le droit international

"La paix et la stabilité de la région Asie-Pacifique sous-tendent la prospérité de toute la communauté internationale, pas seulement celle de la région", a-t-il indiqué. "Par conséquent, aucun pays ne peut être un étranger sur cette question." 

La Chine mène d'énormes opérations de remblaiement d'îlots en Mer Orientale, transformant des récifs coralliens en ports, pistes d'atterrissage et infrastructures diverses, ce qui fait craindre à la communauté internationale qu'elle ne puisse imposer son contrôle militaire à la zone toute entière.

"Malheureusement, si ces actions se poursuivent, la Chine pourrait finir par édifier une Grande Muraille d'auto-isolement", a déclaré samedi à Singapour le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter.

Le forum de sécurité le plus important en Asie s’est ouvert vendredi à Singapour, en présence de près de 600 délégués, dont plusieurs hauts responsables militaires d’une bonne trentaine de pays et des chercheurs venus du monde entier. – VNA

 

Vos commentaires sur cet article ...
Autres