lundi 21 août 2017 - 10:03:31

Au Tây Nguyên, là où la vie prend un sens

Imprimer

Dans la province de Kon Tum (hauts plateaux du Centre), les visiteurs peuvent découvrir la culture et le quotidien des population locale. En majorité des étrangers, certains d’entre eux ont découvert l’amour dans cette région basaltique où ils sont devenus beaux-fils.

C’est particulièrement le village de Kon Tum Konâm (ville de Kon Tum, province du même nom), situé au bord de la rivière Dak Bla, qui est une destination de prédilection pour de nombreux touristes étrangers.

Les délégations de voyageurs touristes y viennent souvent, visant à découvrir et partager la vie quotidienne des habitants. Les histoires d’amour entre les femmes de Bana, ethnie minoritaire au Tây Nguyên, et les hommes étrangers étaient une évidence. L’amour entre Y Hem, une villageoise de Kon Tum Konâm, et John Nathan, de nationalité belge, en est un bon exemple.

Y Hem parle un peu anglais car 2008, elle était guide touristique des délégations étrangères à Kon Tum. Dans le cadre d’un voyage d’une durée approximative d’une semaine, John et les visiteurs étrangers ont eu l’opportunité de loger chez les habitants et d’y découvrir la vie des Bana. C’est à ce moment-là que le Belge est tombé amoureux d’Y Hem.

Par la suite, John devait retourner en Belgique, alors il continua à contacter Y Hem par courrier électronique. Quant à Y Hem, elle suivait des cours d’anglais pour pouvoir communiquer plus facilement avec ce jeune homme, tandis que lui apprenait quelques notions de la langue de Bana.

C’est alors qu’2010, le Belge décida de retourner au village au bord de la rivière Dak Bla pour déclarer sa flamme à Y Hem, qui lui répondit par les mêmes sentiments. Sur ces entrefaites, John travaillant en Chine, fait deux fois par an le trajet jusqu’au village pour passer du temps avec sa belle. Lorsque juin 2011 arriva, c’est elle qui le rejoignit en Belgique à la rencontre de la famille de John. «C’était la première fois que je partais à l’étranger, c’était assez perturbant. J’étais très heureuse d’avoir vu John et toute sa famille à l’aéroport pour m’accueillir. C’était à ce moment là que j’étais sûre de l’amour qu’il me portait», partage-t-elle.

Elle a été accueillie chaleureusement par la famille de John durant trois mois et aujourd’hui, ils ont ensemble fondé leur famille avec une fille de sept mois.

D’après Y Hem, John est sociable et s’intéresse à sa famille. «Il mange et boit selon le style des Bana. Nous venons de recevoir l’acte de mariage et allons organiser une cérémonie de noces à la fin de l’année», ajoute-t-elle.

Le mariage se déroulant au village, les parents de John se déplaceront pour l’événement. «Je pense que ma petite famille restera au village jusqu’au 15 ans de notre fille, pour qu’elle puisse découvrir la vie des Bana. Enfin, nous irons en Belgique», explique-t-elle.

Après ses voyages au Vietnam, John aime beaucoup Kon Tum où la populaire est gentille et sincère. «J’aime mon épouse, j’aime son caractère. Je souhaite vraiment que ma fille apprenne le mode de vie des Bana», précise-t-il.

Selon Mme Giut, chef du village de Kon Tum Konâm, ce village totalise 225 familles originaires de Bana. «Hormis Y Hem, cinq autres filles de Kon Tum Konâm se sont mariées avec des étrangers. Ces cinq filles et leurs époux vivent actuellement à l’étranger», reconnaît-t-elle.

Parmi les amours sans frontière du village de Kon Tum Konâm, il y a l’histoire d’Y Ruth et du français Edours qui se sont rencontrés en 2008. Ce dernier travaille dans une ONG spécialisée dans l’assistance à la santé et l’éducation dans les zones d’ethnies minoritaires de la province de Kon Tum. Ils se sont mariés récemment et habitent actuellement en France avec tout de même un «pied-à-l’eau» au Vietnam puisque Edours a construit une maison sur pilotis à Kon Tum Konâm. – AVI
Vos commentaires sur cet article ...
Autres