La culture des frangipaniers permet à nombre de floriculteurs de la commune de Hung Long, district de Binh Chanh (Hô Chi Minh-Ville) de bien gagner leur vie voire de faire fortune.

La riziculture ne rapporte pas beaucoup à Binh Chanh incitant les paysans comme Truong Van Phuong à rechercher une autre voie pour gagner leur vie. Durant une visite à Sa Dec, province de Dông Thap, il a pu voir la rentabilité des cultures de frangipaniers. Pionnier de cette culture dans la commune de Hung Long, il a créé en août 2008, avec d’autres villageois, le club des frangipaniers de Hung Long.

Un frangipanier multiplié par semis


La spectaculaire floraison des frangipaniers


La multiplication par pollinisation artificielle exige de l’expérience


Une fleur du frangipanier après la pollinisation


Technique de bouturage sur le tronc de la plante


Plus la forme est originale, plus la plante est chère


Un jardin de frangipaniers sur le toit de l’habitation de Nguyen Van Tuc, membre du club
des frangipaniers de la commune de Hung Long


Un peu d’engrais

Ce club réunit une quarantaine de membres qui cultivent des centaines de variétés de frangipaniers. Le frangipanier est une plante guère exigeante, résistante aux dures conditions climatiques et ne demandant pas trop de place. Il pousse très vite, de huit mois à une année à partir du semis, et la floraison dure un mois.

Selon Truong Van Phuong, directeur du club des frangipaniers de la commune de Hung Long, « Le frangipanier n’exige pas trop de soins et la méthode de multiplication la plus sure est le bouturage qui doit se réaliser en un lieu chaud. S’il est réalisé à la saison des pluies, le résultat est mauvais ». Il cultive dans son jardin plus de 3.000 pieds.

Selon M. Ut Anh, un membre âgé du club, «il y a des gens qui aiment le frangipanier bonsaï, ou comme plante d’ornement, d’autres le préfèrent pour ses fleurs… Ceux qui préfèrent les variétés thaïlandaise sont nombreux».

Le club a appris des méthodes de plantation, de multiplication et acheté des variétés thaïlandaises pour les multiplier au Vietnam. Il a créé nombre de variétés hybrides aux beaux noms comme Tân B a ch, Thanh Ph uo ng, Baby Girl, Lasting Kiss…

Les frangipaniers poussent dans les centres urbains, au sein des maisons communales ou des pagodes, à l’entrée des habitations, dans les jardins voi re sur les balcons. Les consommateurs en achètent aussi à l’occasion des festivals ou du Nouvel An lunaire.

Les variétés de frangipaniers du club de la commune de Hung Long se vendent bien dans de nombreuses provinces et villes vietnamiennes, à Hô Chi Minh-Ville, dans les provinces de l’Ouest ou du Centre. Chaque année, environ 50.000 frangipaniers du club sont vendus, à des prix très variables : de quelques centaines de milliers de dongs le pied à des dizaines voire centaines de millions de dongs. Certains membres du club ont fait fortune.
Des variétés thaïlandaises









 


Le club a récemment envoyé au Japon 1.000 frangipaniers de variétés thaïlandaises et devrait en exporter d’autres vers d’autres pays asiatiques. Le centre de consultation agronomique de Hô Chi Minh-Ville a envoyé des ingénieurs au club pour aider les membres à multiplier, soigner cette plante et à créer une page web. – VNA