Un suspect arrêté aux frontières avec le Cambodge. Photo: AFP/VNA
 

Le 15 septembre, le chef de la police thaïlandaise, Somyot Poompanmoung, a accusé des passeurs liés à la minorité ouïghoure de Chine d’être derrière l’attentat à la bombe de Bangkok du 17 août.

C’est la première fois que le chef de la police thaïlandaise désigne aussi clairement cette piste. Selon lui, les réseaux de traite humaine transférant des Ouïghours d’un pays à l’autre, auraient pu organiser cette attaque pour se venger des pertes dues aux opérations thaïlandaises de lutte contre eux. Par ailleurs, les passeports et les voyages des suspects arrêtés montrent une implication des insurgés ou des partisans des Ouïghours.

L’attentat à la bombe survenu le 17 août près du sanctuaire hindouiste Erawan à Bangkok a fait 20 morts. A ce jour, la police thaïlandaise a arrêté deux étrangers et émis des mandats d’arrêt à l'encontre de nombreuses personnes. -VNA