jeudi 17 août 2017 - 17:02:29

AN : le ministre des Finances répond aux interpellations

Imprimer

Le ministre des Finances Vuong Dinh Hue a répondu hier aux interpellations sur la régularisation des prix de l'électricité et des carburants, la gestion des finances et de la dette publique, ainsi que sur l'assistance aux entreprises à l'heure actuelle, lors de la 2e session de l'Assemblée nationale (13e législature).

"La transparence est la solution fondamentale aux problèmes en suspens", a-t-il affirmé.

Vuong Dinh Hue a rappelé les principes de gestion des prix de l'électricité, des carburants, du charbon, des services publics et d'autres articles de première nécessité selon le marché et sous la gestion de l'Etat.

Le principe de marché est de respecter le droit de tarification des entreprises, la comptabilisation complète des frais dans le coût total, d'assurer l'intérêt des entreprises et l'attrait des investisseurs dans et hors du pays pour la production d'électricité.

L'électricité sera vendue à 1.242 dongs/kWh en moyenne en 2012, soit une augmentation de 4,6 % par rapport à aujourd'hui. "En 2012, le prix de l'électricité continuera d'augmenter mais de manière contrôlée", a-t-il souligné.

Le ministre a affirmé qu'il poursuivrait le principe de marché en terme de gestion des prix des carburants car les importations couvrent 70% de la demande nationale.

Face aux soucis des députés portant sur la dette publique, Vuong Dinh Hue rassure que l'endettement du pays reste dans une marge raisonnable.

Les prêts accordés au Vietnam sont essentiellement sous forme d'aides publiques au développement (APD) et de prêts à taux d'intérêt préférentiels. Les APD occupent 79% de la dette publique; les prêts à taux préférentiels, 19% ; et seulement 7% pour les prêts purement commerciaux.

En se basant sur la situation actuelle de l'endettement du pays, le ministère des Finances a proposé trois solutions, à savoir : élaboration d'un processus de diminution des dépenses excédentaires ; renforcement de la capacité et de l'efficacité de la gestion de la dette publique ; insistance sur la gestion des risques. Dans l'ensemble, la gestion de la dette passe par la stabilisation de l'économie. La diminution de la dette publique est étroitement liée aux (bons) indices du PIB, des devises étrangers et de l'excédent des importations sur les exportations.

Toujours dans le cadre des interpellations de l'AN, Vuong Dinh Hue a également répondu aux questions sur les mesures de limitation du déficit budgétaire. -AVI

Vos commentaires sur cet article ...
Autres