Table-ronde réunissant des partenaires potentiels du projet d’alimentation en eau en toute sécurité dans le delta du Mékong. Photo: VNA

Hanoi (VNA) – Une table-ronde réunissant des partenaires du projet d’alimentation en eau en toute sécurité dans le delta du Mékong a été organisée le 20 juin à Hanoi par le ministère de la Construction et la Banque mondiale (BM).

Actuellement, les impacts du changement dans le delta du Mékong menacent d’ores et déjà l’alimentation en eau de toute la région, causant sécheresse et salinisation persistantes.

Le ministère de la Construction a élaboré un projet d’alimentation en eau en toute sécurité dans le delta du Mékong, qui vise à construire des systèmes d’alimentation en eau potable au profit des sept villes et provinces au sud-ouest de la rivière Hau (Can Tho, An Giang, Kien Giang, Soc Trang, Hau Giang, Bac Lieu et Ca Mau), d’un budget total de 1,3 milliard de dollars.

Il s’agit du premier projet à respecter les principes de garantie du plan global ; d’exploitation, de production et d’alimentation en eau potable sans tenir compte des frontières administratives.

Toutefois, le ministre de la Construction Pham Hong Ha a indiqué que ce projet devrait rencontrer de grands défis en termes de capitaux, de capacités de gestion, de garantie de la stabilité et de la sécurité des systèmes...

Le ministère et la BM souhaitent faire appel au soutien, à l’échange d’expériences et à la mobilisation des ressources des partenaires au développement et des investisseurs dans comme hors du pays, a-t-il souligné.

Lors de cet événement, la BM s’est engagé à financer 7 millions de dollars pour élaborer un rapport sur le projet et 400 millions pour sa mise en œuvre.

L​e delta du Mékong, d'une superficie de 40.000 km​², soit 12% du pays, comprend 12 provinces et une ville, avec une population de 17,5 millions de personnes. Elle est le grenier à riz du pays. Cette région est la plus frappée par les impacts négatifs du changement climatique, en particulier la sécheresse et l’intrusion d’eau salée qui menacent gravement la production et la vie des habitants.

Au début de cette année, 10 ​des 13 localités ont souffert la salinisation, et 230.000 ​familles - soit environ 800.000 personnes – ont manqué d’eau, ​de même qu’un grand nombre d’écoles, hôpitaux et établissements de production. –VNA