Des touristes sur les plantations de théiers de la société Câu Dât. Photo: VNA
Lam Dong (VNA) - Créée en 1927 à l’époque coloniale, la Société du thé de Câu Dât est la plus ancienne productrice de thé de la région. Et elle est toujours en activité. Visite guidée.

Avec 24.000 ha consacrés à la culture des théiers, la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre) est surnommée le royaume du thé au Vietnam.

C’est à 30 km du centre-ville de Dà Lat (capitale provinciale de Lâm Dông) que se trouve la Société par actions du thé de Câu Dât, dans le hameau de Truong Tho, commune de Tram Hanh, qui possède 220 ha de plantations.

Au premier regard, au sein de l’usine, on observe une grande cour et un grand bâtiment de couleur rouge. Autrefois, ce bâtiment était une usine de séchage et de transformation du thé.

Comme un rituel, les visiteurs sont invités à goûter ce breuvage, produit phare et original de la société. Une tasse de thé tiède réchauffe vraiment alors que la température est basse, à 1.650 m, altitude idéale pour la production de thé.

Découverte des machines-outils de l’époque

D’anciens équipements de production et de transformation du thé. Photo: VNA
De nombreuses machines-outils importées de France, d’Angleterre et celles fabriquées au Vietnam, outre d'anciens équipements originaux conçus par les experts et ouvriers français et vietnamiens, sont toujours stockées et conservées dans le grand bâtiment rouge. D’anciennes photos en mémoire des fêtes ou des cérémonies, des événements organisés par la direction de l’usine sont toujours présentes sur les vieux murs de l’usine.

«La Société par actions de thé de Câu Dât est la plus ancienne de la province de Lâm Dông. Tous les machines, les équipements de production et de transformation sont considérés comme des témoins vivants de l’industrie de production de thé de l’époque coloniale», commente M. Dat, le directeur de l’usine.

Pour prouver que ces anciennes machines fonctionnent encore, M. Dat les met en marche et explique en même temps l’appellation et la manière d’opérer de chacune, sans oublier d’en présenter l’origine et décrire en détail leurs parties.

À l’intérieur du bâtiment, les visiteurs ont l’impression de revivre plusieurs décennies en arrière dans une vraie ambiance de travail.

Un futur musée de l’industrie théière

Ouvrières et ouvriers au travail. Photo: VNA
D'après M. Dat, le meilleur thé, le plus recherché, est dérivé de la pousse, de la plus jeune feuille du théier. De couleur blanche, il coûte cher de par sa haute qualité et sa saveur. Viennent ensuite les feuilles noires, beaucoup plus anciennes.

L’histoire de l’industrie théière sera bientôt présentée au public, selon la direction de la société Câu Dât. Elle sera finalisée en juin 2017 sous forme de premier musée du thé de la région.

«Il s’agit du premier musée sur la production et la transformation du thé, le plus important de la région. Cette initiative a été soutenue et approuvée par la direction de la société et les autorités locales», informe M. Dat.

Fier d’être engagé au sein de la plus ancienne société de thé de la région, M. Dat est très heureux d’y travailler et préfère de loin vivre à Dà Lat plutôt qu’à Hô Chi Minh-Ville, sa ville natale.

Avant que les visiteurs quittent l’entreprise, M. Dat les invite à observer les champs alentour. Il n’oublie pas de rappeler l’ouverture imminente du futur musée. -CVN/VNA