En allant à Buôn Ma Thuôt, une ville des Hauts Plateaux du Centre, province de Dac Lak, les visiteurs seront impressionnés par la beauté romanesque et mystérieuse de la cascade la plus impressionnante de la région : celle de Dray Nur.

Située à 30 km de Hô Chi Minh-Ville, la cascade de Dray Nur, plus de 30 mètres de haut et 250m de large, relie la province de Dak Lak à celle de Dak Nong. La chute d’eau dresse un tableau merveilleux de la nature. A côté des rochers, des flots bouillonnants se précipitent dans le vide dans un bruit assourdissant qui résonne dans la forêt. Les touristes ne sont pas seulement séduits par sa beauté mais aussi par les légendes qui l’entourent.

Selon une légende, autrefois, un jeune homme du village Kuop tomba amoureux d’une fille habitant de l’autre côté du fleuve Sérépôk. Malheureusement, ils étaient issus de deux familles qui se haïssaient depuis des générations, alors leur amour ne fut pas accepté. Malheureux, lors d’une nuit de pleine lune, le couple décida de se suicider en se jetant dans le fleuve afin d’être ensemble pour toujours. Cette nuit-là, le ciel devint soudainement noir. Des orages éclatèrent. Le lendemain matin, on vit le fleuve Sérépôk scindé en deux affluents séparant les deux hameaux, les deux clans. L’un appelé Krông Ana (rivière femelle) né de la cascade Dray Nur (cascade Femme) et l’autre Krông Nô (rivière mâle), né celle de Dray Sap (cascade Homme). 


Pont suspendu menant à la cascade. 

Fleuve Sêrêpôk, au bout de la cascade.

Capture de moments mémorables devant la cascade de Dray Nur.

Visiteurs au pied d’un arbre pluriséculaire à côté de la cascade.

Jeux à forte sensation au pied de la cascade. 

Revoir ensemble les photos des moments mémorables à la cascade de Dray Nu

Selon une autre légende, les cascades de Dray Nur et Dray Sap sont des jumelles. A son accouchement, en amont, la Mère de la Terre accoucha de Dray Nur, alors elle reçut sa douceur de la mère. En aval, Dray Sap hérita de la puissance du père. C’est la raison pour laquelle la Dray Nur coule toujours tranquillement tandis que la Dray Sap gronde toute l’année.

En ce qui concerne le nom de la cascade, selon une légende que racontent les anciens du village de Kuop, jadis, le prince Nur, fils du roi Thuy Tê, roi des Eaux, était passionné de voyages. Un jour, lors d’une excursion, il rencontra deux jolies princesses qui vivaient dans la misère absolue après la mort de leur père. Ayant pitié d’elles, le prince Nur les aida. Ensuite, entre les princesses et le prince Nur, naissa un bel amour et ils se marièrent. Mais le prince pensait toujours à son père et son pays natal. Il décida de rentrer. Il se transforma en un petit rhizomys (sorte de petit rat des forêts) et rentra dans son pays en passant par la grotte de la cascade. Selon la langue Édé, Dray signifie la cascade et Nur le rhizomys. La cascade où le prince quitta ses femmes prend le nom de Dray Nur.

Les touristes aventureux cherchent à se glisser entre deux falaises à côté de la chute d’eau pour pénétrer dans un espace spacieux de mille mètres carrés où le prince Nur s’incarna. Les visiteurs peuvent sentir la fraîcheur dans cette grotte ou sauter dans les eaux bleues. Les amoureux de la nature peuvent se promener dans les sentiers forestiers pour contempler des arbres géants dont les racines embrassent les rochers, ou découvrir des grottes mystérieuses, attendre le départ des chauves-souris au coucher du soleil.


Un coin de la cascade, vu d’en haut.

Maison longue sur pilotis dans la zone touristique de la cascade de Dray Nur. 

Un coin du site touristique de Dray Nur. 

Un chemin ombragé menant à la cascade de Dray Nur. 

En pleine nature.

Aux villages de Kuôp, Nui, Tua, ils peuvent découvrir la vie quotidienne des villageois de l’ethnie Edé. Ils verront le pilonnage du riz, les robes en brocart thô câm, des outils de chasse des Ede et goûteront de l’alcool de riz avec un chalumeau de bambou ainsi que des spécialités culinaires locales.

De la cascade de Dray Nur, en traversant le fleuve, les touristes pourront contempler les cascades de Dray Sap et Gia Long, les plus belles des Hauts Plateaux. -VNA